Le guide de votre bien-être à domicile

Ustensiles en terre cuite

Actualités

Cuisine : comment reconnaître la théière idéale ?

Si, en Asie, le thé est servi dans le cadre d’une véritable cérémonie, en occident, la boisson est de plus en plus prisée. Pour réussir un bon thé, il faut aussi compter sur la qualité de la théière.

Théière : des milliers de formes

Longtemps utilisée dans la culture chinoise, la théière est un récipient à couvercle indispensable pour permettre au thé d’infuser et refroidir un peu avant sa consommation. Elle dispose d’un goulot et d’une anse et les designers ne manquent pas d’imagination en créant des multitudes de formes et de tailles. Mais le secret du bon thé réside dans la capacité des matériaux qui peuvent être à « mémoire » ou « sans mémoire ».

Des matériaux « sans mémoire »

Les théières en fonte permettent de garder la chaleur du contenu durant plusieurs heures si avant sa toute première utilisation, l’ustensile a été rincé à l’eau chaude. Pour éviter tout problème de rouille, il est important de le sécher avec un chiffon à chaque fin de service. Ce type de matériau convient aux thés fragiles comme le blanc ou le vert.

Pour les adeptes des matériaux classiques, la porcelaine s’adapte à tous les types de thé mais il faut juste veiller à ce qu’elle ne se casse. Pour les théières en verre, la transparence permet de suivre l’évolution de l’infusion et la coloration du breuvage.

Les matériaux « à mémoire »

Les capacités absorbantes de la terre cuite permettent d’accumuler le tanin du thé au fil des infusions. Matériau ancestral du thé, la terre cuite est poreuse et permet d’améliorer l’oxygénation du thé. L’imprégnation est très appréciée mais il suffit juste de veiller à utiliser la même variété de thé pour chaque théière. Enfin, l’inox tend à métalliser l’eau et transformer le goût du thé. Il est juste utilisé dans la confection du thé vert marocain.